The Thakhek Loop - Scoot Toujours!

February 22, 2018

Du 17 au 22 février 

 

 

Konglor, Konglor… on voudrait vraiment aller à Konglor… mais voilà… C’est l’inaccessible ! Quoi qu’il arrive ça prendra des heures. Et puis, y aller depuis où ? Ventiane ? C’est embêtant, nous n’avions absolument pas prévu d’y rester.

Et puis… la magie d’Internet (car pour le coup et une fois de plus, le Guide du Routard est à ranger au placard). Au départ de Thakhek (où nous devons séjourner), il existe une loop (circuit traditionnellement réalisé en moto) qui passe par Konglor mais pas que ! Plus on lit, plus on est sûrs de nous, les commentaires vont tous dans le même sens : « grandiose », « paysages à couper le souffle », « peu fréquenté », « route en excellent état »…

Par contre, nous avions prévu une autre loop, celle du plateau des Bolaven.

Les comparaisons que nous avons pu lire sur les deux boucles nous confortent dans notre choix : nous commencerons quoi qu’il arrive par Thakhek et, si le cœur nous en dit, nous enchaînerons avec les Bolaven. Dans un voyage comme le nôtre, il faut aussi savoir faire des choix, compter les jours, alterner les périodes de repos, découverte, route.

 

Au final, avant de prendre le départ, il ne nous reste que deux incertitudes.

D’abord, nous n’avons aucun retour d’expérience concernant la réalisation de la boucle avec des enfants. Or nous nous apprêtons à mettre les filles pendant plusieurs heures par jour sur une moto et aurions vraiment voulu avoir l’un ou l’autre témoignage quant à la faisabilité sur ce circuit.

Ensuite, et bien… je n’ai tout bonnement jamais conduit de moto. Vais-je y arriver ? Sac à dos et enfant à l’arrière inclus ? Ne prenons-nous pas un risque trop important ? (en tous les cas, heureusement que je n’ai pas lu les 2 pages de recommandation du routard sur la conduite de deux roues motorisés AVANT de prendre le départ…)

 

J0 – La prise en main

Nous avons décidé de prendre possession de nos « motos » la veille du départ pour être sûr de partir relativement tôt mais également pour que je puisse – pour autant que ce soit possible – m’acclimater à ma monture (et inversement ^^).

Sur les conseils de la propriétaire de la guesthouse dans lequel nous séjournons (Green Climbers Home à 15km de Thakhek, sur la loop, quelque part au milieu des falaises), nous nous rendons chez le loueur numéro 2 de la ville : le « Mad Monkey ». Malheureusement, il s’avère qu’il n’y a plus de moto disponible en full automatique avant 17 heures (« peut-être, si tout va bien, mais promis, je les garde rien que pour vous » – Ahhhh Laos quand tu nous tiens…).

Par sécurité, nous nous rabattons donc sur l’autre loueur de Thakhek, un chinois soi-disant peu recommandable : « Wang Wang ». Comme le prévoit le Routard, il y a la queue : inscription sur liste d’attente, devoir patienter de voir rentrer les engins au fur et à mesure… Bref, nous sommes autant dans l’incertitude que chez leur voisin. Pourtant, a contrario du premier, il semble y avoir un nombre impressionnant de motos disponibles ! Au vu des enfants et après avoir voulu nous refourguer une voiture que nous avons gentiment déclinée, nous nous installons un peu, prenons de la place (facile à 4 et surtout avec Adèle) et finalement nous obtenons le Saint-Graal plutôt rapidement : deux scooters full automatiques Yamaha QBix, ceux sur lesquels on bave depuis le début ! Magnifique !

Franchement, chez Wang Wang, ils sont au top. Ils n’avaient pas de casque enfant (ce qui me remet une couche de stress et de doute quant à la faisabilité et la praticité du circuit avec Nelle et Adèle). Du coup, ils ont proposé d’aller en acheter des neufs avec les filles, histoire que cela soit parfaitement à leur taille !

Par contre, lorsque nous sommes revenus chercher les motos après le lunch de midi, la dame s’est enfin inquiétée de nos permis : avions-nous bien le permis moto adéquat ??? Pour Stéphane, c’est sans souci… Par contre, pour moi, ça coince ! A part une voiture ou une trottinette (à peu de choses près), je ne peux rien conduire ! On se décompose, on voit la boucle s’envoler… Mais non ! Notre loueuse sort un plan, y inscrit 6 croix supplémentaires et nous précise de ne surtout pas passer par là : ce sont des contrôles de police : « Enjoy Your Trip, Have a Safe Road !!! » - Vive Le Laos !

« Ah oui… Surtout ne vous planter pas, ne vous les faites pas voler, ici, on n’assure pas nos engins et ce sera 2500 dollars par moto ! » Gloups, pression maximale !!! S’il nous arrive quoi que ce soit, ce sera retour au pays … Enfin, s’ils acceptent de rendre le passeport de Stéphane qu’ils ont pris en otage !

Faisant fi de tout cela, j’enfourche donc pour la toute première fois un scooter en tant que conductrice et je me teste en faisant vite un tour de la « croquignolette » place de la fontaine (merci Le Routard – il faudrait vraiment penser à faire un petit refresh allant au-delà de l’update des prix des Guesthouses). Crash Course et ça passe tranquille... Sous les regards dubitatifs de bien d’autres loopers, je fais donc monter Nelle et nous voici en route. 15km nous séparent du Green Climbers Home. Parmi ceux-ci, on aura de la ville, de la route de Loop et un chemin de sable et de terre cabossé. C’est sûr après ça, je serais une motarde aguerrie. :-) :-) :-)

 

Nous profitons de dormir (en tente) au pied de la Xieng Liap cave (sur la loop, entrée gratuite par le Green Climbers Home 2) pour la visiter aujourd’hui. C’est un site très joli, au frais et avec une petite plage reposante. Nelle en a profité pour piquer une tête. En effet, cette grotte, si on veut la visiter depuis l’intérieur, s’atteint à la nage !

 

 

Nous réservons également notre gh du lendemain. Même si tout le monde nous assure que ce n’est pas nécessaire, nous préférons toujours avoir un coup d’avance. L’arrivée après 5h de route minimum et deux enfants exténués, dans un village où l’on vous annonce partout « Fully Booked », ce n’est pas génial !

 

Frais

Location des 2 motos pour 5 jours : 1.200.000 KIP (120 euros, soit 12 euros par jour par moto – mais on a pris les modèles « grand luxe » ; le prix du scooter démarre à 6 ou 7 / jour pour des modèles plus basiques – c’est-à-dire nettement plus vétustes)

Plein de carburant pour les 2 scooters : 50.000 KIP

Total journée pour la loop : 1.250.000 KIP

 

J1 // Thakhek – Thalang en passant par Muhaxai // 120km

Nous partons très légers : deux petits sacs à dos. Sur les motos, nous n’avons absolument pas la place pour plus. En soit, avec deux enfants, c’est déjà un fameux exercice.

Nous démarrons de la Guesthouse aux alentours de 09h00 du matin et rebroussons légèrement chemin sur la loop afin d’aller voir une grotte à deux pas du Green Climber : la Tham Pa Inn cave. Même si elle a l’air assez sympathique, nous ne nous éternisons malheureusement pas car elle n’est pas « aménagée ». Entièrement dans le noir, il apparait vite qu’il y a des parties à escalader, des passages compliqués et que les filles ne pourront pas les franchir.

 

Nous reprenons donc notre route, en direction d’une grotte beaucoup plus « ludique » : la Tham Nang Aen cave. Ici, pas de doute, c’est indiqué pour les enfants (amis parents, brûler votre guide de Routard) ! C’est un site touristique totalement aménagé. La grotte est même psychédélique : on se croirait dans une discothèque… la musique en moins. L’entrée est payante (30.000 KIP) pour les adultes. Perso, au contraire de beaucoup de commentaires lus ou entendus de gauche et de droite, je comprends tout à fait qu’on fasse payer l’accès à des sites naturels. C’est uniquement grâce à cette maigre contribution que l’on peut profiter de sites souvent aménagés, accessibles aux enfants (ou aux personnes sachant moins bien se déplacer) et propres ! Par contre, nous n’avons pas payé le supplément bateau (50.000 KIP) qui permet de visiter la grotte plus en profondeur. Ce n’était pas une question de coût mais plutôt de timing. Selon l’horaire présenté, il faudrait compter deux heures pour la visite en bateau. Nous n’avons pas ce temps de disponible si nous souhaitons arriver à la Guesthouse avant la nuit comme nous nous le sommes promis par mesure de sécurité. Toutefois, la balade « terrestre » en vaut la peine, le dédale d’escalier fait vraiment penser à l’école dans Harry Potter et les enfants en ont bien profité. De même, les éclairages sont amusants, attrayants et permettent une belle mise en valeur de l’endroit.

 

 

Prochaine étape : Muhaxai. Franchement, jusque-là, les 30 kilomètres n’en valent pas trop la peine. Certes, les falaises environnantes sont impressionnantes et très jolies mais elles laissent souvent place aux centrales électriques mais aussi aux cimenteries et à leur flux relativement important de camions sur cette portion. La néo-motarde que je suis ne se sent pas spécialement à l’aise.

L’embranchement pour Muhaxai (5km) est par contre beaucoup plus joli : bien qu’asséchées en cette période (février), on se trouve face à de larges étendues de rizières et plutôt que de faire attention aux camions, nous partageons désormais la route avec les vaches, les chèvres et les cochons… C’est quand même beaucoup plus pittoresque !

Selon nous, Muhaxai en lui-même vaut le détour ! Nous avons traversé le vieux village jusqu’à nous retrouver sur le chemin longeant la rivière, c’était juste magnifique !

 

 

Il est déjà 13h00 quand nous nous arrêtons pour casser la croute. Stéphane avait repéré un petit resto auquel s’étaient arrêtés d’autres loopers le long de la route à Ban Nakok, un peu en amont de l’embranchement vers Muhaxai. Nous nous y rendons et optons pour une Noodle soup Lao (un Foe) très bon mais à refaire, on préciserait que nous souhaitons juste les légumes (en effet, la viande était non-identifiable… enfin si mais on préfère ne pas y penser !!!). D’un autre côté, je ne sais pas comment on aurait pu préciser puisque « Mrs Chansouk » ne parle évidemment pas un seul mot d’anglais. :-) :-) :-)

 

Nous reprenons la route par une chaleur étouffante et sommes heureux de la sensation de fraicheur que nous procure la vitesse (modérée) sur la moto ! Nous enchaînons les petits villages sur des routes en excellent état, toujours dans la vallée et nous ne croisons pour ainsi dire personne ! La route est donc effectivement très peu fréquentée et nous ressentons un sentiment de seul au monde uniquement perturbé par les nombreux Sabaidee hurlés par les locaux qui semblent tout étonnés de croiser un tel convoi ! C’est amusant et les filles se prennent au jeu : les coups de klaxons et les Sabaidee partent désormais de nos motos ce qui déclenche automatique des crises de rire et de très beaux sourires chez tous les laotiens que nous croisons. Leur accueil est fantastique. A peine arrêtés pour acheter une petite bouteille d’eau fraiche (environ 1000 KIP soit 10 centimes) sur notre route, la commerçante nous invite à nous asseoir, nous offre une vingtaine de délicieux biscuits au miel, des glaçons pour nous rafraichir encore et environ 1kg de sticky rice cuit en feuille de bananier « pour plus tard ». Les petits plaisirs de voyager avec des enfants.

 

 

Nous commençons ensuite notre périple plus montagneux juste après la première grosse centrale hydraulique que nous croisons. À nous la côte à 12% à travers la jungle et sur plusieurs longs kilomètres ! Le fond de l’air fraichi un peu mais ce n’est pas pour nous déplaire. Mais, ce qui a surtout plu à Adèle, c’est d’avoir croiser un serpent de près de 2 mètres juste devant sa moto au sommet ! Je pense que ça va rester son souvenir le plus inoubliable de la loop ! Une fois au sommet, c’est changement de décor et parfois la jungle se fait plus discrète pour laisser place à de fantastiques vues sur les vallées. Toutefois, ce sera pour le souvenir des yeux uniquement car nous en avons essentiellement profité depuis les motos puis, malheureusement, la route est souvent suivie par une ligne d’alimentation électrique qui a un peu tendance à « gâcher la pellicule » ! A quelques kilomètres du Sabaidee Gesthouse, le paysage change encore de manière étonnante. Voici l’eau… sous toutes ses formes : de la flaque au lac un peu en fonction de la saison, et de ce que laissent passer les barrages. Ici, les images que nous gardons sont entre le splendide et l’apocalyptique. En effet, toutes ces étendues d’eau sont jonchées de tronc d’arbres morts mais toujours debout et de nombreux feux de rizière finissent de s’éteindre en laissant échapper leurs dernières fumées. Le soleil couchant et les pêcheurs revenant aux berges de ces eaux calmes ajoutent une touche dramatique à l’instant et on peut facilement, en laissant libre court à son imagination, penser qu’on arrive dans une zone de guerre.

 

Nous arrivons à la guesthouse aux alentours de 17h00, nous nous laissons aller à notre traditionnelle Beer Lao avant la douche et en attendant le super Barbecue Buffet (50.000 KIP à volonté – franchement ça vaut le coup et c’était vraiment très bon) tant vanté par les guides et les loopers eux-mêmes !

Nous ne nous couchons pas tard car demain est notre plus grosse journée de route. Nous devons partir tôt.

 

Il faut noter que sur cet itinéraire, nous aurions pu nous arrêter dans de très nombreuses autres grottes ! Toutefois, comme dit plus haut, avec les enfants nous devons impérativement faire des choix car il faut combiner les visites avec un horaire « safe » qui permet de faire les pauses nécessaires afin de s’hydrater correctement, de leur permettre de se dégourdir les jambes, de manger un morceau tout en arrivant avant la nuit aux étapes et en leur faisant passer « le moins de temps possible » sur les motos.

 

Frais

Entrée grotte : 60.000 KIP (2 adultes à 20.000 kips, moitié prix pour les filles)

Pause 10h00 : 20.000 KIP

Repas de midi : Miss Chansouk (2km avant l’embranchement vers Muhaxai) : 40.000 KIP

Refill carburant : 70.000 KIP

Pause 16h00 : 10.000 KIP

Repas du soir : 150.000 KIP

Nuit : Sabaidee Guesthouse (Thalang). Chambre familiale : 100.000 KIP

Total journée pour la Loop : 450.000 KIP

 

Jour 2 // Thalang - Konglor // 165 km

Après une nuit – n’ayons pas peur des mots – horrible, entre le hurlement des bêtes, les lits infestés de puces, la proximité des voisins (le mur séparant nos chambres doit être épais comme une feuille à cigarette) et la radio villageoise beuglant dès 06h30, nous profitons d’un petit déjeuner à la française avec des pâtisseries maison réalisées par Monsieur Wu, sympathique patron ayant travaillé pour EDF pour la construction de la centrale et maîtrisant à merveille le « Putain de Merde » en toute fierté ! De quoi nous faire oublier les mésaventures nocturnes et nous caller pour la très longue route qui nous attend aujourd’hui.

L’objectif est toujours le même, malgré notre réservation sur Konglor et par mesure de sécurité, nous tenons à arriver avant le coucher du soleil. Nous avons 165km à parcourir à du 35 km/h de moyenne hors pauses.

La route est magnifique, malgré le frais matinal qui nous oblige à rouler un peu plus couverts, le soleil est déjà là et nous profitons, pendant 20 bons kilomètres de ces étendues d’eau – parfois à perte de vue, se mêlant généreusement à des portions de jungle. Le paysage est indescriptible. Il faut faire cette route, il faut les découvrir. Comme la veille, la route est à nous et nous traversons chaque village avec beaucoup de plaisir et le sourire laotien aux lèvres. Même lorsque nous faisons une pause pour enfiler un pull supplémentaire, nous recevons un accueil chaleureux. Ici, ce n’est pas difficile de se sentir bien, c’est juste naturel.

 

L’eau va de plus en plus faire place aux villages et la densité de population s’accroit jusqu’à Laksao, la ville se situant plus ou moins 40 km après Thalang.

C’est ici, au Laksao Coffee (idéalement situé à la sortie de la ville vers Konglor, il ne faut pas hésiter à s’y arrêter, les gens sont super gentils et globalement, c’était très bon) que nous faisons une halte aux alentours de 10h00 pour un thé vert fluo, un latte frappé et … du pop-corn !!! Adèle est de nouveau aux anges et gardera un bien meilleur souvenir de son choix que son papa. Le thé vert au Laos, c’est concept.

Notre visite programmée du jour est la Cool Pool. Encore une fois, nous pourrions faire encore d’autres nombreuses grottes mais après discussion avec d’autres loopers, elles semblent inadaptées aux filles. Nous préférons donc la piscine naturelle – beaucoup plus à leur goût. Cette seule longue halte rafraîchissante couplée aux heures de route nous met tout de même dans un timing « serré-serré ».

Vers 11h30, nous bifurquons sur la piste qui mène à la cool pool. Le seul mot qui me vient à l’esprit est « grandiose » : 5km à parcourir, en roulant au pas sur de la terre battue au milieu de nulle part mais parmi les vaches et les buffles face à un impressionnant mur de falaises. Rien que pour l’arrivée, je suis prête à payer le billet d’entrée 3x et le refaire 10x !!! Niveau conduite, je déguste un peu mais c’est tout à fait gérable.

 

La cool pool est sympa, le cadre très joli. En y arrivant tôt, on a l’avantage de n’y croiser que quelques petits Laotiens s’y amusant pendant leur semaine de congé (pour le primaire) et quelques loopers. On en profite bien ! En effet, une demi-heure plus tard, c’est tout autre chose, le baffle 1000 décibels au bras, une jolie famille locale d’environ 20 personnes débarque pour … le bain ! Lavage de cheveux, rasage, ablution… le tout sur un air de pop Lao sans oublier les 3000 selfies avec nos filles que ladite famille a collecté en un temps record. J’avoue, nous avons fui !  ça tuait un peu la magie du lieu et puis de toute manière, il était temps… le timing à respecter !

Nous n’avons toujours pas faim, la magie du popcorn opère encore et nous roulons donc à tout vitesse (hum…) vers Konglor car on sait les 40 derniers kilomètres plutôt compliqués.

 

A 5km de Nahim (dernière grosse ville avant Konglor), nous faisons une halte au « View Point » (très bien indiqué). Même si le lieu est dégoûtant, il faut s’y arrêter. Pour nous malheureusement, la brume de chaleur se levait déjà sur la vallée mais ça n’en restait pas moins magnifique, comme un décor de cinéma ou de dessin animé un peu figé sous un grand et beau soleil.

 

Les filles veulent repartir vite car elles ont beaucoup moins chaud sur les motos mais par contre leurs estomacs crient famine. Je repars donc en tête (c’est moi la chef des pauses), pour nous dégotter une petite halte à la Sanhak guesthouse faisant quasiment face au clos de la centrale hydraulique sur le côté droit de la route vers Konglor. Le temps d’une glace pour les filles, de pastèque pour moi et d’un riz sauté pour Stef soit 30 minutes plus tard, on repart ! Il est 15h30 et on évalue le temps restant pour les 40 derniers kilomètres à 2 petites heures.

Si les 2 premiers kilomètres longeant la rivière de la centrale s’avèrent être un billard, c’est nettement moins le cas par la suite ! si ça continue comme ça, ça ne sera pas 2 heures mais 6 ! En effet, notre moyenne atteint difficilement les 10 km/h !

Heureusement, ce n’est pas si long et le premier pont de campagne en bois passé (ça aussi c’est une épreuve) la route redevient globalement bonne. Encore une fois, malgré les énormes pylônes électriques longeant la route (et des deux côtés cette fois), c’est splendide. C’est tellement beau, qu’il faut arriver à en faire abstraction et profiter de chaque seconde sur la route.

Stéphane va d’ailleurs y vivre sa plus belle expérience depuis le début de notre aventure. Nous passons en face d’un lycée à l’heure de la sortie des classes. Ça ne vous parle peut-être pas mais ce sont au bas mot des centaines de vélos qui s’échappent par les grilles de l’école et nous sommes au beau milieu de tout ça ! Les filles hurlent des Sabaidee, font de grands gestes, klaxonnent et tous les ados s’amusent de la situation, leur répondent, leur sourient. Ça dure plusieurs minutes et c’est vraiment magique.

Peu après, les pylônes fuient enfin vers les montagnes plus profondes, approvisionnant ainsi l’autre versant en électricité et nous… on entre doucement dans le Mordor. Lorsqu’on vit avec un fan du Seigneur des Anneaux, ça vaut clairement son pesant de cacahuètes. Nous sommes fatigués, on a mal aux fesses de tant d’heures assis sur nos selles, mais c’est beau, époustouflant, calme, apaisant ; nous sommes heureux. Chacun pendant cette loop a le temps de réfléchir et prend conscience de la chance qu’on a de vivre cette aventure à 4.

Nous franchissons ensuite la porte du Mordor avec ses deux pics rocheux se faisant majestueusement face et il nous reste une dizaine de kilomètres à rouler pour atteindre la Chanta guesthouse. Ils furent long… très long… la route devient une piste difficile. Konglor se mérite. Nous arrivons tout juste à temps pour un splendide couché de soleil.

Heureux à tout point de vue d’avoir choisi de faire halte ici pour 2 nuits.

 

Frais

Petit-dejeuner : 80.000 KIP

Entrée Cool Pool : 20.000 KIP

Boisssons Cool Pool : 10.000 KIP

Pause 10h00 (Laksao Coffee) : 40.000 KIP

Repas de midi/goûter : 90.000 KIP

Refill carburant : 40.000 KIP

Repas du soir (Chanta) : 140.000 KIP

Nuit : Chanta Guesthouse. 2 bungalows : 150.000KIP

Total journée pour la Loop : 570.000 KIP

 

 

Jour 3 // Konglor

Aujourd’hui, nous ne montrons sur nos scooters que pour faire les 2km aller-retour qui nous séparent de l’entrée du parc de Kong Lor. Toutefois, nous nous levons encore à 07h00 car l’idée, c’est de faire partie des premiers « entrants » pour profiter du calme et de la magie des lieux avant le flot de touristes.

Une fois les deux motos garées (10.000 KIP – mais toujours choisir ce moyen quand il est proposé, c’est un gage de retrouver vos engins sur place et surtout… entiers), nous marchons jusqu’au parc (10.000 KIP par adulte) qui est vraiment majestueux, on dirait une forêt enchantée avec ces très hauts arbres et le soleil qui tente déjà de percer à travers le feuillage de ceux-ci qui commence à se raréfier. Au bout du parc, nous atteignons enfin les caisses de la grotte. Il s’agit ici de payer une embarcation (max 3 pers ou 2 adultes et 2 enfants) et son guide pour les 2 heures de traversée aller-retour et la pause à Ban Na Tan (120.000 KIP, 40.000 KIP par personne mais les enfants comptent pour moitié). Inutile de dire qu’il faut impérativement le faire. C’est la chose la plus impressionnante que j’ai pu voir : 7km de rivière souterraine avec des voutes pouvant atteindre les 100 mètres ! C’est à la fois oppressant et hallucinant, nous sommes dans les entrailles de la terre, le royaume des nains, la Moria. Ici, il faut être honnête, c’est surtout nous qui en prenons plein les yeux, les filles ne réalisent pas bien et finissent même par trouver la balade dans le noir un peu longue. Elles trouveront toutefois leur bonheur à l’arrivée quand elles nourriront les poissons énormes et très nombreux, à l’entrée de la grotte. Il fait vraiment une chaleur étouffante. Nous décidons de rentrer à la guesthouse pour le lunch et la fatigue des derniers jours accumulée à des réveils extrêmement matinaux se fait sentir. Nous optons pour une sieste familiale et c’est en fin d’après-midi que nous partons, à pieds, à la découverte du village. Cette fois, c’est à moi de vivre un beau moment, très émouvant. Au détour d’une rue, un petit garçon de 2 ans maximum à couru à toutes jambes vers Stef et lui a littéralement sauté dans les bras, tout sourire. Les fille se sont vraiment demandé quoi mais d’autres enfants n’ont pas tardé à arriver et à les emmener quelques minutes dans leurs jeux.

Il règne dans ce village du bout du bout une atmosphère tellement calme et apaisante à laquelle nous ne sommes pas habitués et c’est tellement… agréable ! Je pourrais passer une semaine ici.

De plus, les gens de la GH sont vraiment gentils, même si les prix nourriture et boissons sont un peu plus élevés qu’à l’habitude au Laos, on n’y fait pas attention car tout est très bon, très frais et cuisiné minute. Ça allonge souvent le temps d’attente pour recevoir ses plats (surtout en cas de forte affluence comme ce fut notre cas) mais c’est la vie à la laotienne : rien ne presse.

Le temps de réserver la guesthouse pour le lendemain à Thalang et nous allons déjà dormir. La route sera longue demain.

 

Frais

Petit-dejeuner : 140.000 KIP

Entrée Konglor : 150.000 KIP ( 10.000 KIP parking + 20.000 KIP parc national + 120.000 KIP grotte)

Repas de midi (Chanta) : 140.000 KIP

Repas du soir (Chanta): 140.000 KIP

Nuit : Chanta Guesthouse. 2 bungalows : 150.000 KIP

Total journée pour la Loop : 720.000 KIP

 

 

Jour 4 // Konglor – Thalang // 150 km

Nous avons longtemps hésité sur notre itinéraire possible pour le retour car, une fois à Konglor, 3 options s’offrent à vous : deux habituelles et une plus « couleur locale ».

 

Option 1 – Boucler la boucle et descendre de Konglor vers Thakhek par une voie rapide ne présentant que très peu d’intérêt. L’avantage est clairement la rapidité. Les désavantages étant le flux des camions, bus et autres moyens de transports qui effectuent l’aller-retour sur la journée et utilisent cet axe à grande vitesse au mépris des scooters, mais également les contrôles de police (qui nous pendent toujours sous le nez puisque je n’ai toujours pas mon permis). Nous ne suivrons donc pas cette piste.

 

Option 2 – Celle qu’on a choisi, la plus longue : celle qui consiste à faire « demi-tour ». Au final, on pourra dire qu’on a fait deux demi-loops. Après tout, on a le temps, la route est belle et plutôt safe. Nous ferons à nouveau halte à Thalang. Au fur et à mesure des rencontres, nous nous rendons compte que c’est ce que font la plupart des loopers même sans enfants. On est ici pour prendre notre temps, pas pour se la jouer casse-cou.

 

Option 3 – il existerait selon Maps.me (application merveilleuse pour tout voyageur au long cour) une « piste » beaucoup plus courte permettant de gagner 120 bornes et reliant Konglor à Gnomalat en quasi « ligne droite ». Toutefois, on ne sait pas s’il s’agit d’une route praticable sur laquelle nous pourrons tenir un 35km/h ou d’une piste de terre digne d’un bon 10 km/h. On doit investiguer.

Sur un plan détaillé à la GH, la piste nous semble de plus en plus valable. Toutefois, il faut trouver un moyen de traverser la rivière. Laquelle ? Celle de la grotte bien sûr ! Hier matin, nous avons croisé des français. Ils ont choisi cette option, avis aux amateurs, elle est donc réalisable et paraît-il, totalement incroyable, magnifiquement sauvage. La traversée de la grotte pour deux motos et trois personnes coûte 500.000 KIP. Ce n’est toutefois pas ce prix qui nous a fait abandonner l’idé mais bien le transport des scooters. Pour arriver à les mettre sur les embarcations et les faire traverser, c’est la croix et la bannière surtout en cette période ou les eaux sont très basses et où il faut parfois descendre de barque pour pousser les bateau à traverser des petits rapides. Franchement impossible pour nous avec les enfants car on ne peut faire attention à un scooter et un enfant en même temps. Nous serons sages et validons donc pour de bon l’option 2.

 

Nous faisons donc route, plus rapidement cette fois. Je commence à bien maîtriser et nous n’avons pas d’attraction à visiter. Adèle nous supplie seulement de faire une pause au Laksao Coffee, popcorn oblige tandis que Nelle craquera sur une coupe de glace couleur locale mêlant du chocolat à une glace bleue-rose, des chiques et de la crème fraiche… Beurk (mais elle, elle est fan évidement).

 

Nous arrivons à 13h00 à la Phosy Guesthouse où nous avons réservé deux bungalows. Après avoir évité le piège « vous ne préfèreriez pas un bungalow familial avec 4 lits ? » (soit le dortoir), nous prenons possession de nos logements qui nous semblent plutôt confortables. Nous apprenons ici qu’il ne suffit pas de réserver pour être sûrs de dormir sous un toit. Deux couples qui ne se connaissaient pas ont finalement dû partager le dortoir (un peu de surbooking), et deux garçons voyageant ensemble et montrant preuve d’une réservation Booking.com valide se sont retrouvés sans rien. Il faut donc réserver ET arriver tôt.

 

Frais

Petit-dejeuner : 140.000 KIP

Pause 10h00 (Laksao Coffee): 40.000 KIP

Repas de midi (Phosy GH): 60.000 KIP

Refill carburant : 50.000 KIP

Repas du soir : 120.000 KIP

Nuit : Phosy Guesthouse Thalang. 2 bungalows : 14.000 KIP

Total journée pour la Loop : 424.000 KIP

 

 

Jour 5 // Thalang – Thakhek // 110 km

Dernier Jour de Loop... Déjà! Nous avons entendu la pluie tomber à seaux toute la nuit et je ne suis pas entièrement rassurée à l’idée de m’élancer sur une route détrempée surtout en connaissance de cause : nous allons descendre quelques très jolis lacets avec des pentes allant jusqu’à 15%, petits gravillons inclus (sinon ça ne serait vraiment pas fun). Je lis dans les yeux de Stéphane une certaine anxiété, cette presque envie de me dire « on ne part pas de suite, on attend ». Un rapide point météo nous donne pourtant une fenêtre de temps sec approximativement égale à ce dont nous avons besoin pour rentrer à bon port : 3h30.

Et on l’aurait fait tranquille si nous n’avions pas dû attendre une heure que notre petit déjeuner arrive !!! Cette fois-ci, j’avoue, la quiétude laotienne me tape sur les nerfs !

En ce qui concerne la sécurité, pas de souci… nous avons tellement froid sur les scooters par ce petit matin que nous peinons à dépasser les 20km/h.

Sur l’immense ligne droite reliant Muhaxai-Nua à Thakhek, la pluie commence à tomber (maudit petit déjeuner), d’abord doucement ensuite plus abondement. Malheureusement, c’est aussi la portion ou nous croisons le plus de camions. Entre la visière détrempée, les éclaboussures de boues qui recouvrent lentement nos visages, nous ne sommes plus trop dans l’agréable balade des jours précédents ! L’envie de rentrer est de plus en plus forte ! Une mini glissade et une mauvaise ornière plus tard me rappellent pourtant à l’odre : rentrer oui mais entières !!! Je redouble de prudence !

Nous rentrons fianlement à Thakhek dans le temps imparti, sur le buzer afin de ne pas avoir à payer une journée de plus de location à l’ami Wang-Wang qui ne lèvera quasiment pas la tête sur ses scooters. Pas de souci donc concernant la panne de Klaxon sur la monture d’Adèle. Dès le premier jour, j’avais dit en riant qu’il ne survivrait pas… je ne m’étais pas trompée ! Rien ne lui résiste à Adèle !

 

 

Frais

Petit-déjeuner : 10.000 KIP

Refill carburant : 5.000 KIP

Total journée pour la Loop : 15.000 KIP

 

TOTAL LOOP = 3.429.000 KIP (345 euro) pour toute la famille pendant 5 jours (2 scooters inclus). Soit environ 17 euros par jour par personne.

 

Nous sommes exténués, tous les quatre mais nous sommes vraiment heureux. Nous sommes passés par des tonnes d’émotions, tout se bouscule un peu et nous continuerons au fil des jours qui vont suivre à réaliser l’ampleur de ce que nous venons de réaliser et la chance qu’on a eu de pouvoir le faire. Les filles ont été super, du début à la fin. Elles ont envie de réitérer l’aventure de la moto mais… pas tout de suite ! Ca enterre donc définitivement l’idée d’éventuellement enchaîner avec le plateau des Bolaven. Elles préfèrent le doux repos qu’on leur propose à Paksé, dans un hôtel avec … une piscine et … un tobogan ! Franchement, on les comprend et on est même tout à fait d’accord.

 

A refaire ? On y retourne 1000 fois !!! En n’oubliant surtout pas de ne pas lire les recommandations du Routard pour la conduite d’un deux roues au Laos… sinon, on ne part jamais !!!

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Vous pourriez aussi aimer...

L'Allemand qui Parlait à l'Oreille des Pigeons

September 26, 2018

Singapour - La Fierté du Père!

July 26, 2018

1/15
Please reload

DSC00367
fb5f8458-ebea-44a8-98f8-cd2b56284e9c
DSC09891
IMG_1793
DSC08439
DSC07864
DSC07593
DSC06796
DSC06863
IMG_8396
DSC06652
DSC06565
d7dac7fc-8178-4e26-8130-083444a3fca7
DSC05203
IMG_4614
DSC04002
DSC03960
DSC00305

© 2018 by La Petite Escapade