Kampot de poivre !

March 25, 2018

Du 19 au 25 mars

 

 

Tant à regret, pour sa quiétude et ses paysages paradisiaques, qu’excités à l’idée de bouger à nouveau et découvrir des choses nouvelles, nous avons donc quitté Koh Rong Samloem.

 

Le bateau du Lazy Beach  nous a ramené, pour quelques heures, dans l’enfer de Sihanoukville mais, comme un clin d’œil pour nous y préparer, nous quittons notre île par une mer plate mais balayée d’un violent orage. Entre la foudre qui s’abat à quelques mètres du bateau en faisant sursauter tout le monde dans le fracas du tonnerre, les bagages qu’il faut protéger comme on peut des trombes d’eau et la visibilité réduite à 3 mètres tout au plus, il nous a fallu rivaliser d’imagination pour ne pas laisser transparaître notre légitime angoisse et continuer à rassurer les filles! « Oui… nous arriverons en vie, dormez ! Quand vous vous éveillerez, on sera arrivés… »

 

2 heures plus tard nous touchons terre, tant rassurés que pressés de quitter Sihanouk en direction de Kampot. Mais pour cela, il nous faudra encore braver 3 heures de bus surbooké (Ahhhh… les bonnes vieilles habitudes de cette super compagnie qu’est Champa) ! Après être entré en guerre avec la moitié du bus (ahhhh ces backpackers de salon… chacun pour soi et dieu pour tous !), c’est donc avec nos sacs à dos quasiment sur les genoux, karaoké Cambodgien hurlant que nous arrivons sur « Old Market » la place principale de Kampot.

 

 
Kampot ou Cuba ? les blogs disaient donc vrais… dès nos premiers pas ici, le trouble s’installe, le charme colonial fait son œuvre. Où sommes-nous exactement ? Ici tout à l’air calme et la petite balade en tuk-tuk pour arriver à notre Guesthouse le confirme : la jetée longeant le fleuve, sa zone piétonne, sa pleine de jeu… nous ne pouvons que nous réjouir des journées à venir.

Et le charme se prolonge, notre guesthouse, « Fish Island Bungalows », est une petite pépite aménagée et fleurie avec goûts dont les propriétaires sont d’une gentillesse et d’un dévouement indescriptibles !

 

Mais que faire à Kampot ?

 

Visiter le marché central

Cet immense marché local où pour la première fois, nous fuyons les étals de poissons et de viandes tant la chaleur intensifie les odeurs qui s’en dégagent… Ici, il n’est pas question de trouver de jolis bracelets souvenirs ou l’un au l’autre t-shirt « I Love Cambodia » ; on n’y croisera d’ailleurs quasiment aucun touriste.

Les seuls bracelets que vous y trouverez sont en or et fabriqués à l’une des nombreuses échoppes de joaillerie. Mais pourquoi diable autant d’orfèvres ? Souki (dont je vous parlerai plus bas) m’apprend que le cambodgien ne place pas d’argent en banque mais le transforme en or en achetant des bijoux (souvent de très simples bracelets type « esclave » qu’ils portent dès le plus jeune âge). Si, plus tard, il a besoin d’argent, il revendra simplement l’une ou l’autre de ses acquisitions. En plus d’être une valeur « refuge » et bien plus sûre que leur monnaie locale, il s’agit, bien évidemment, de montrer des signes extérieurs de richesse à l’image des longs ongles portés par les hommes démontrant une ocupation professionnelle intellectuelle.

 

Ici, nous parvenons tant bien que mal à maintenir les enfants sur le marché grâce au « Crazy Dollar », ce jeu inventé minute qui consiste à ramener la chose la plus folle pour la somme d’un dollar maximum. Si on évite de justesse la tête de canard fraichement égorgé (trouvaille d’Adèle, faut-il le préciser), les coquillages « cuisson sel et soleil », eux finiront bien sur notre table. Si je sauve la vie de Natasha en lui faisant part de mon doute quant au fait de manger des coquillages toujours fermés malgré leur cuisson, c’est Mr Leng, notre hôte, qui nous le confirmera bien plus tard… Pour nous, pauvres estomacs occidentaux, autant ingérer du poison directement.

 

Visiter les plantations de poivre

Le poivre de Kampot, c’est le Saint Graal des poivres. En amateurs de bonnes cuisines que nous sommes nous partons à la découverte de ses secrets à « La Plantation », une ferme bio tenue par un couple franco-belge qui développe une production responsable tout en soutenant le développement socio-économique local (soutien financier d’une école, préservation du patrimoine architectural Khmer qui disparaît petit à petit aux profits de nouveaux bâtiments, emploi de locaux, …). L’endroit est un havre de paix, la dégustation (gratuite, ça vaut la peine de le préciser) est un régal et la cuisine de Souki, cette étonnante jeune chef de 24 ans, vaut à elle seule le détour ! Elle détient les secrets du meilleur Lok-Lak de tout le Cambodge !

La cerise sur le gâteau ? la ferme pratique la permaculture ! Hors de question donc de ne parler que de poivre. Ici on cultive entre autres le curcuma, les bananes, l’ananas et le fruit de la passion qui lui, contre toute attente, se révèle être une vraie mauvaise herbe qui pousse partout !!!

 

De plus, rien que le chemin pour y arriver est sensationnel! Les routes de terre battue, les paysages sur les rizières, le Secret Lake... Tout ça vaut bien le petit détour!

 

 

Vivre la vie nocturne d’un local et de ses enfants

Que ce soit sur la pleine de jeu de la jetée où l’expérience tient plus du « rester vivant et entier » que de l’amusement ou bien sur l’un des deux marchés de nuits (Old Market et Bokor Night Market), ça vaut le coup. Les marchés de nuit portent d’ailleurs bien mal leur nom ! Il s’agit plutôt de mini parcs d’attractions ou, évidement, comme très souvent dans toute l’Asie du Sud Est, les enfants sont rois ! Il est amusant de constater le regard intrigué des locaux qui se demandent ce que cette horde d’occidentaux viennent faire là (à ce moment, nous faisions toujours route avec nos amis canadiens…) et encore plus amusant d’oser y commander quelque chose à manger… Viande Mauve ? Orange ? En forme de sushi ??? Que prendriez-vous aujourd’hui ? pour finalement s’en tenir à un plat de nouilles sautées qui s’avèrera délicieusement bon et ne coutera qu’un tout petit dollar !

 

 

Tentez l’expérience culinaire sous toutes ses formes

En la dégustant évidement !!! En plus des très bonnes choses que l’on peut trouver sur les marchés, Kampot regorge de petits restaurants sympathiques, divinement bons et à des prix raisonnables. Le numéro 1 pour nous : « L’Atelier ». un endroit à la déco un peu nordique pour une cuisine Khmer revisitée. Le Lok-Lak (encore lui) en version burger, un seabass façon meunière… Tout est « Yummy » comme dirait Nelle.

Puis en s’y formant ! J’ai tellement aimé la cuisine de Souki et le cadre de « La Plantation » que j’y suis retournée pour un cours de cuisine. Le Lok-Lak, le curry vert de légumes et l’Amok de poisson n’ont plus de secret pour moi ! Quelle expérience enrichissante de vivre le marché aux petites heures avec cette jeune chef pleine d’énergie et qui ne veut que de bons et beaux produits. Je découvre plein de légumes dont je ne soupçonnais même pas l’existence !

Bénéficiant d’un moment privilégié avec elle, c’est aussi le moment de parler culture. Elle de s’étonner qu’on puisse se marier 8 ans après avoir eu son premier enfant ; moi de l’interroger sur le faste de leurs cérémonies de mariage : 1 journée et demi complète de cérémonie et de fête, une dizaine de tenue minimum pour les époux !

Et enfin pouvoir évoquer ce qui saute aux yeux partout au Cambodge : la problématique des déchets ! Si certains semblent sensibiliser à la cause, d’autres n’en ont cure et leur propriété ressemble plus à un dépotoir à ciel ouvert qu’à un jardin. Il y a un vrai clivage au niveau de la population – une partie se modernisant, s’instruisant et étant bien au fait de la cause environnementale ; l’autre s’enfonçant un peu plus chaque jour dans la pauvreté, croulant sous les ennuis et dont les détritus sont, bien malheureusement, le cadet des soucis !

 

 

Errer dans Kampot centre mais pas que…

Même si parfois défraîchies, les rues sont jolies et on sent le mouvement de transition. Énormément de bâtiments sont en réfection, signe de la volonté de retrouver encore plus de charme.

Les deux petites rues commerçantes valent également la peine. D’une librairie de seconde main dans laquelle on peut également trouver de pâles copies de best-sellers (et personne ici n’a l’air de s’inquiéter de quelconques droits d’auteur), à un magasin de vêtements ou les prix des t-shirts n’excèdent pas 2 dollars, on peut trouver presque tout… Et s’il n’y a vraiment pas, et bien ça devait se trouver sur le marché : la boucle est bouclée !

 

 Enfin… du poivre au sel, il n’y a qu’un pas… Malheureusement, un orage ultra violent (encore…) était passé juste avant nous et nous n’avons eu droit qu’à de vastes étendues d’eau… mais le paysage à la tombée du jour, ses couleurs magnifiques valent le détour et les quelques minutes nécessaires à pédaler pour y arriver !

 

 

Visiter le marché flottant.

Bon d'accord... pour ça et pour le vivre pleinement, il faudra se lever très tôt... C'est donc exclusivement réservé aux courageux et aux très curieux! En effet, le clou du spectacle, le moment où tout s'anime, tout ça se joue à 6h00 du matin... lorsque la plupart des pêcheurs sont rentrés au port où les attendent leurs femmes, prêtes à vendre poissons et crustacés à peine pêchés. Ici se retrouvent alors les habitants et les restaurateurs venant choisir ce qu'ils mettront dans leurs assiettes ce jour! Un moment au coeur de la vie du village que Stef, accompagné de Collin a eu la chance de vivre en compagnie de notre hôte, Monsieur Leng qui achètera d'ailleurs des coquillages bien charnus, limite repoussant pour nos yeux d'occidentaux! :-)

 

 

Aller à Kep

Mais là, c’est tellement particulier, que ça mérite bien un post tout entier que Stéphane a très envie d'écrire... Hum Hum!!! Teasing ! ;-)

 

Plus de photos ? Rdv sur notre page FB "La Petite Escapade"

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Vous pourriez aussi aimer...

L'Allemand qui Parlait à l'Oreille des Pigeons

September 26, 2018

Singapour - La Fierté du Père!

July 26, 2018

1/15
Please reload

DSC00367
fb5f8458-ebea-44a8-98f8-cd2b56284e9c
DSC09891
IMG_1793
DSC08439
DSC07864
DSC07593
DSC06796
DSC06863
IMG_8396
DSC06652
DSC06565
d7dac7fc-8178-4e26-8130-083444a3fca7
DSC05203
IMG_4614
DSC04002
DSC03960
DSC00305

© 2018 by La Petite Escapade