La Boucle de Ha Giang – « Capitaine ! Apportez-Moi Cet Horizon ! »

April 27, 2018

du 23 au 27 avril

 

 

 

Surtout ne pas parler de la boucle de Ha Giang… Surtout ne pas parler de la boucle de Ha Giang… Surtout ne pas parler…

 

L’un des titres-phares du célèbre groupe de metalcore britannique dont le nom est librement inspiré de la non moins célèbre exclamation de Jack Sparrow « Allons, Capitaine ! Apportez-moi cet horizon ! » (citation qui, soit dit en passant, convient parfaitement à ce bref compte-rendu) clame – ou hurle, selon les points de vue : « Il y a un enfer, croyez-moi, je l’ai vu ; il y a un paradis, mais gardons-en le secret ».

 

Je n’étalerais pas ainsi mon impressionnante culture cinématographique ni mes goûts musicaux pour le moins particuliers (j’ai d’ailleurs volontairement tu le nom du groupe susmentionné afin de ne pas directement effrayer nos 3 lecteurs assidus, des fois qu’ils leur prendraient la lubie d’essayer d’écouter jusqu’au bout le morceau dont il s’agit ici) si ceux-ci ne résumaient pas parfaitement mon sentiment suite à notre périple en moto dans l’extrême nord vietnamien.  

 

Parce qu’après un « Cat Ba » – et une certaine vision de l’enfer – il fallait bien un Ha Giang… mais surtout, chuuuut, il faut garder le secret…

 

… ne rien en dire, ne rien écrire, afin d’éviter d’en faire un second Cat Ba, un second Sapa (que nous avons heureusement évité), un second Danang, un second Sihanoukville,… bref, un gigantesque chantier à ciel ouvert destiné à accueillir les hordes massives de touristes de tout bord mais majoritairement Chinois, qui ont manifestement besoin d’autoroutes et de resorts de luxe partout où ils passent – quitte à creuser les mers et hacher les montagnes, les investisseurs ne sont pas à ça près et en plus ça crée de l’emploi.

 

Que Chu Chu, notre génial guide (cfr. www.dongvantour.com) au bras plus long que celui de l’inspecteur gadget en pleine séance de yoga Ashtanga, me pardonne, mais j’ai donc décidé de taire notre magnifique épopée de 3 jours en moto, reliant Ha Giang à Dong Van par des petites routes de montagnes, des sentiers de caillasses et des chemins de terre, au milieu des pics calcaires s’élevant par milliers dans d’épaisses brumes stagnantes et des campagnes verdoyantes saisies de culture de fleurs, de maïs ou de tout ce qui pourrait pousser sur ces terres sauvages. 

 

 Je ne parlerai pas de cette région fantastique percée de rivières émeraudes, baignée de rizières en terrasses vertigineuses, bercée des éclats de rires des enfants et de l’hospitalité de ces gens qui ont si peu à donner et qui pourtant vous donneraient tout.

 

Il y aurait pourtant tant à en dire !

 

Je pourrais passer des heures (ou des pages) entières à expliquer comment, tous les 7 (nos amis français toujours avec nous) harnachés tels des chevaliers d’un autre temps sur nos montures d’acier, sommes partis sans trop savoir où nous allions mettre les roues à la découverte du joyau du Vietnam.

 

Je pourrais ressasser avec à l’œil une larme naissante comment chaque soir, dans l’intimité préservée de nos familles d’accueil, nous célébrions avec nos hôtes l’amitié naissante belgo-franco-vietnamienne dans des cris et des chants presque paillards avant de vider d’une traite les lampées de « happy water » (ou « l’eau qui rend heureux » - je ne pense pas qu’il faille en dire davantage), et puis d’en redemander, généralement parce que nous n’avions pas trop le choix.

 

 Je pourrais raconter comment nous reprenions la route au lendemain, un peu groggy mais très vite heureux d’en reprendre si rapidement plein le cœur et plein les yeux.

 

Mais je n’écrirai rien de plus ; sans doute en ai-je d’ailleurs déjà trop dit (*).

 

Surtout ne pas parler de la boucle de Ha Giang… Surtout ne pas en parler…

 

(*) Pour ceux que ça intéresse, il y a un très bon blog détaillant l’itinéraire complet sur le site suivant : www.miles-smilesaway.com/ha-giang (mais, chuuuuuut, ne le dites à personne !)

 

PS: et si vous voulez quand même un peu plus de photos... C'est sur notre page Facebook que ça se passe!

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Vous pourriez aussi aimer...

L'Allemand qui Parlait à l'Oreille des Pigeons

September 26, 2018

Singapour - La Fierté du Père!

July 26, 2018

1/15
Please reload

© 2018 by La Petite Escapade